RSS Feed
  1. URGENCES ET SENTIMENTS

    8 mai 2018 par Jacques Deruelle

     

    Avec ses parcs nombreux, ses larges avenues recomposées, son passé, Berlin, ville cosmopolite possède un charme à découvrir!  Dans l’attente d’embrasser son patrimoine, sa culture, sa gastronomie  guidé par une jeune et dynamique journaliste de Libération en poste dans la capitale germanique, la lecture du roman de Kristrof Magnusson « Urgences et sentiments » nous a permis de sillonner la cité, d’en mesurer les contrastes aux côtés  d’une équipe d’urgentistes, Anita Cornélius médecin et son ami Maik pompier.

    Jusqu’au-boutiste en intervention dans la sauvegarde des vies humaines, jeune homme incarcéré dans sa voiture accidentée, vieil homme en détresse  respiratoire dans son cabanon, retraité vomissant du sang dans sa baignoire, Anita juge avec sang froid et maîtrise l’art du réconfort. Face aux patients, elle trouve toujours une solution mais son entêtement à régenter la vie de ses proches a mis en échec sa vie de couple. Son ex-mari, médecin dans le même hôpital vit désormais avec Heidi une jeune publicitaire. Partagé entre ces deux foyers son fils Lukas  âgé de quatorze ans s’éloigne de la tutelle maternelle.

    Le roman navigue entre deux expériences, celle très réaliste et documentée des procédures médicales d’urgences, et celle de l’intimité des êtres en proie aux tourments de l’altérité. L’héroïne découvre à la quarantaine qu’il est vain de juger les comportements comme des maladies, les injonctions ne faisant que dresser d’avantage leurs destinataires. On ne déverrouille pas une psyché atteinte d’une dépendance à l’aide d’une simple prescription médicamenteuse! Prompte à vouloir changer les situations qui lui déplaisent, Anita découvre les limites de son intransigeance qui la place en victime des autres dans la pratique de sa vie amoureuse. Pour réussir dans ce domaine, il lui faudra perdre de son obstination confinant parfois à l’intolérance, considérer autrui avec la bienveillance qu’on s’accorde à soi-même pour retrouver l’estime de l’ex mari, du fils ou de l’amant.

     

     

    Download PDF

  2. SÉVILLE 82. Le match du siècle

    4 mai 2018 par Jacques Deruelle

     

    Le 8 Juillet 1982 à Séville, la  demi-finale de la coupe du monde de football opposait la France à l’Allemagne de l’Ouest. Sans doute aucune soirée sportive n’a laissé autant de traces dans le souvenir de toute  une génération  de téléspectateurs aujourd’hui sexagénaires. Pas même la prestigieuse victoire de l’équipe de Zidane au stade de France en 1998. Le succès réjouit, mais la défaite ronge quant elle ne découle pas de la supériorité de l’adversaire mais d’un arbitrage déficient allié à la malchance. La France de Mitterrand rêvait d’une première finale après l’échec lointain des français face au Brésil en 1958. Depuis lors, le football hexagonal et ses étoiles, Combin, Herbin ou Budzynski ne brillait guère au plan international, surclassé même par la voisine Belgique.  L’épopée des verts de Saint-Étienne en coupe d’Europe durant la septième décennie orchestrée par un jeune prodige aux coups francs magiques, Michel Platini faisait naître l’espérance d’un football à la hauteur des rivaux européens, néerlandais,  italien, espagnol ou allemand. Entrainée par  Michel Hidalgo, l’équipe affichait  alors un jeu séduisant et offensif associant les lignes arrière